La soutenance est pour le candidat un moment douloureux – car les critiques « pleuvent » – et enrichissant  car son travail est vu et jugé par d’autres personnes. Défendez votre travail, le jury étant moins expert que vous sur votre sujet précis, mais ne vous braquez pas.

 

Si une question vous a paru vous coincer ou que la soutenance vous paraît mal se dérouler, notamment au début, gardez votre sang froid et oublier cela en vous appliquant jusqu’au bout. Le jury a l’habitude de voir défiler des étudiants, est en position de force numéraire, chaque membre à son caractère, certains membres aiment provoquer, d’autres n’ont pas lu votre mémoire, votre directeur peut vous soutenir ou s’effacer face à ses pairs et vous êtes parfois le prétexte à des joutes entre les membres du jury eux-mêmes via votre pauvre personne. Le directeur de recherche peut lui-même, exceptionnellement certes, porter un jugement différent sur le contenu complet de votre travail par rapport à ses positions sur les éléments que vous lui présentiez durant l’année. Rien ne peut laisser présager pendant la soutenance de la note que vous aurez finalement, alors partez positif et restez-le ; garder votre emportement pour les résultats s’ils venaient à vous décevoir.

 

Une soutenance se situe entre une joute, une pièce de théâtre, un débat constructif, une découverte d’affinités, un numéro de séduction, alors prenons-la comme un jeu…

 

La présentation faite par le candidat en début de soutenance est souvent trop banale. Il est agaçant d’entendre des candidats faire un long résumé. Les membres du jury sont censés avoir lu votre travail ; parlez donc d’autres choses ou sachez le résumé de façon dynamique en en faisant vivre les enjeux, les rebondissements (problématique ayant évoluée, etc.). Vos examinateurs ont – plus que vous, qui aviez de multiples pages pour vous exprimer – de nombreuses observations à faire. Une durée de présentation vous sera indiquée, essayez de la connaître à l’avance ou de vous préparer à plusieurs fourchettes de temps. Dix minutes pour un mémoire et 20 à 30 minutes pour une thèse doivent suffire pour la présentation.

 

Insistez sur :

 

          - l’origine et l’originalité de votre recherche,

          - les circonstances qui l’ont amenée,

          - les techniques mises en œuvre, les difficultés rencontrées, les aides reçues,

          - vos principales conclusions, comparées à vos hypothèses de départ,

          - ce que cette recherche vous a apporté,

          - les questions que vous vous posez encore,

          - les points qui mériteraient d’être approfondis.

 

à un moment ou à un autre de votre exposé de présentation, adressez quelques mots aux membres du jury pour les remercier de leur participation, ou pour tel motif sérieux. Soyez bref et modéré ; vos propos seront d’autant mieux reçus qu’ils resteront réalistes et mesurés ; proscrivez les élans ou les excès, du plus mauvais goût à cette heure.

 

Pour bien gérer les questions du jury, 3 règles à avoir constamment à l’esprit (notez-les face à vous sur votre présentation) :

 

 

Répondre à la question précise posée (ne pas essayer de se défendre en évoquant mille arguments dont au final vous aurez vous-même perdu le fil directeur ou dont vous vous apercevrez au contraire que vous aviez un fil directeur latent, souvent provenant de ce que vous est cher (mais indépendant du contexte de la question) ou qui renvoie uniquement à la vexation ressentie à la question précédente…).

Recentrer l’auteur de la question (après avoir répondu de façon précise, montrer avec tact, si c’est le cas, que la question même de l’auteur n’était pas si pertinente, ce qui est fréquent).

Savoir laisser parlé l’auditoire (Cela renvoie au premier point, si l’on répond à la question précise sans s’emporter et s’embourber dans mille arguments « viscéraux », l’on est à même d’écouter les remarques constructives de son auditoire et de savoir quand il est nécessaire de répondre pour montrer que l’on maîtrise son sujet.

 

...

 

 

Introduction,

Plan,

Notice bibliographique (références bibliographiques et bibliographie),

Conclusion,

Annexes.

Conseil de rédaction de mémoire universitaire : Soutenance

Conseils pour la soutenance d'un mémoire...